Skip to content

Blog

Le temps pour horizon de Julie C. Fortier
Nomen Nescio de Nicolas Daubanes

Le temps pour horizon de Julie C. Fortier
Nomen Nescio de Nicolas Daubanes

Les deux artistes investissent les salles historiques, déjà habitées de la collection permanente Curios & Mirabilia, de propositions qui évoluent entre présence évanescente et volonté d’effacement.

Au travers des odeurs dont elle imprègne les salles du château, Julie C. Fortier nous propose l’expérience d’une absence, d’une perte, la mise en évidence d’un effacement, celui produit par le temps. La visite des lieux devient une expérience sensorielle où les parfums se déplaçant au gré des courants d’air servent de guide.

Les œuvres de Nicolas Daubanes, en portant en elles leur propre processus de disparition, viennent se confronter à la pérennité du monument historique.

Sur le tombeau de Claude Gouffier figurent deux crânes encadrant le monogramme et sa devise (écrite de droite à gauche).
Les crânes (ainsi que la représentation du transi) peuvent être rapprochés du tableau "Memento Mori" que Claude a rapporté de Calais en 1558.

Un tableau réalisé en 1533 par Hans Holbein le Jeune porte aussi un crâne : Les Ambassadeurs.

En effet, il contient, au premier plan, une des plus spectaculaires anamorphoses de l'Histoire de la peinture : une forme évoquant un os de seiche se révèle, depuis un point de vue oblique, être un crâne humain, caractéristique des vanités de la Renaissance.

Le contraste de ce crâne avec le sujet principal de cette peinture qui représente deux hommes importants, un ambassadeur de France auprès de la cour d'Angleterre, dont le frère est lui-même ambassadeur auprès de la papauté et un évêque issu d'une famille de riches marchands, en fait une vanité, une œuvre qui symbolise que la mort rend insignifiants les luxes et les aspirations de l'existence, et que le chrétien doit avant tout se préparer au Jugement dernier.

Claude Gouffier connaissait-il ce tableau ? ....

Dans la collégiale, sur le tableau représentant Saint Jérôme figure un crâne ...

Cette création originale de Mari Bastashevski permet aux visiteurs d'explorer la galerie des peintures du monument dans une autre temporalité où le monde survit aux Hommes qui n'existent plus, alors même que cette galerie, place l'Homme au centre de l'histoire puisqu'elle présente sur ses murs un cycle peint consacré à la guerre de Troie, et fait plus largement écho à l'ambition et au rang de Claude Gouffier, propriétaire du château et grand écuyer d'Henri II.
Prenant place dans la galerie des peintures du XVIème siècle, Terra Incognita est visible uniquement en réalité virtuelle pour une expérience personnelle intimiste.
Equipé d'un casque Oculus qui est un casque de réalité virtuelle autonome, le visiteur est projeté dans le même espace qu'il parcourt physiquement mais dans une temporalité différente.