Skip to content

Oeuvre d’art et relation mathématique

Une relation mathématique et/ou une œuvre d’art peuvent être « lues», « perçues » selon plusieurs niveaux.
Je souhaite prendre comme exemple pour la relation mathématique le théorème de Pythagore et pour l’art une œuvre de Giulia Andreani présentée au château d’Oiron dans le cadre de l’exposition temporaire décalageS (du 15 décembre 2018 au 10 mars 2019).

Sept femmes 2015
série de 7 tableaux, acrylique sur toile 35 x 27 cm chacun
Collection FRAC Poitou-Charentes

Pour plus de détails sur cette œuvre, on pourra se reporter au site du FRAC Poitou-Charentes en cliquant ici.
Pour plus de détails sur l’exposition temporaire décalageS, on peut utiliser le lien : http://amisdeoiron.fr/decalages

Niveau 1 : point de vue émotionnel et/ou esthétique

Ce niveau est basé sur la perception visuelle et sur l’émotion immédiate.
On peut être sensible au dépouillement d’un triangle rectangle, à ses « formes harmonieuses » …
On peut trouver les sept femmes "agréables" à regarder, apprécier leur regard …
Citons un extrait du texte des commissaires-citoyens (dont j’ai eu le plaisir de faire partie) :
« La banalité de la pose et de la tenue pourrait laisser penser qu’il s’agit de simples portraits d’identité. »

Niveau 2 : "collège"

« Ces sept peintures sont des portraits de femmes jugées pour crime contre
l’humanité à la fin de la seconde Guerre Mondiale. Les femmes portraiturées ne sont pas apprêtées car les photographies de ces femmes
qui m’ont servi de modèles ont été prises au moment de leur détention
avant qu’elles ne soient jugées et exécutées. »
Extrait de l’entretien Giulia Andreani, Sept femmes
Le Point Contemporain, 9 mars 2016

Niveau 3 : "lycée"

La relation d’Al-Kashi se démontre en classe de première S en utilisant le produit scalaire de deux vecteurs. Si ABC est rectangle en A , on retrouve le théorème de Pythagore.


L’artiste fait référence au livre de Wendy Lower : Les furies d’Hitler. Comment les femmes allemandes ont participé à la Shoah, 2014.
« Elle montre comme le nazisme a eu un rôle émancipateur
 les femmes qui étaient soumises au modèle du KKK (Kinder, Küche, Kirche
soit enfants, église et cuisine). Il est très difficile d’évoquer cet aspect de l’histoire, mais il est vrai que les femmes venant de milieux très défavorisés, en adhérent au national-socialisme et en prenant place dans ces postes accédaient à un salaire élevé et à un logement meilleur. »
Extrait de l’entretien Giulia Andreani, Sept femmes
Le Point Contemporain, 9 mars 2016

Niveau 4 : "université"

Au passage, on peut rappeler que les espaces de Hilbert sont utilisés en physique quantique. A chaque système physique est associé un espace de Hilbert. L'état du système est défini à chaque instant par un vecteur normé de cet espace. A toute grandeur physique est associée un opérateur linéaire auto-adjoint : il est l'observable correspondant à la grandeur.
De même, dans la théorie de la Relativité Générale, au lieu d'un espace euclidien dont la métrique qui permet de calculer la distance entre deux points s'obtient en écrivant la relation de Pythagore, on utilise un espace de Riemann en généralisant la métrique utilisée (courbure ou torsion).

Lors de sa conférence, dans le cadre de l’exposition, l’historien et critique d’art, Thierry Savatier s’est interrogé sur ce que ce sadisme nous révèle de la nature de l’être humain.

Les réflexions suivantes sont totalement personnelles.


L'émergence de la vie a obligé de doter chaque organisme vivant d'un instinct de conservation et d'une certaine dose de violence intérieure afin de permettre sa survie (même si dans la "Nature", parfois, certains organismes collaborent au lieu d'entrer en compétition).
Donc, suite à l'évolution de la vie, pour se maintenir,  tout être vivant est égoïste, égocentrique et raciste.
Ce qui est vrai au plus bas niveau n'est pas forcément adéquat (et souhaitable) à un niveau plus élevé.
L'être humain, plus ou moins confusément, s'est rendu compte que, pour une efficacité collective plus importante, il était souhaitable de canaliser cette violence.
Une première étape est le remplacement de la violence physique par la violence verbale.
Un des buts de la religion (en principe, même si, hélas, elle a l’effet contraire) est de canaliser cette violence par des sacrifices réels (sacrifices humains, sacrifices d’animaux, bouc émissaire ...) ou symboliques (communion, rituel, …)
Il pourrait en être de même du sport remplaçant le combat par la compétition (où tout le monde est à égalité au départ et il n’y a pas de mort violente) même si, hélas, il est aussi utilisé pour renforcer le nationalisme, c'est-à-dire la cohésion d'un Etat au détriment d'une visée plus universaliste.

A contrario, le nazisme (et tous ses avatars) par contre a pour but d'exacerber cette violence.

On peut donc considérer que les actions des Sapiens peuvent se répartir dans les "3 C".
COMBAT
COMPETITION
COOPERATION

On pourrait naïvement penser qu'il s'agit d'une gradation : l'être humain part du combat, puis passe par le stade la compétition et enfin comprenant que tous les êtres humains sont soeurs et frères arriver au stade de la coopération.

Dans le monde actuel (ou précédent), on ne peut pas se passer de la phase de combat : s'il n'est pas livré envers les autres humains, pour survivre, il faut au moins combattre les autres animaux ou tout au moins se protéger d'eux. Pour se nourrir, il semble irréaliste que l'ensemble des humains soient végétariens et même dans ce cas : le cri de la carotte ...
Se passer de la compétition serait se faire des illusions sur la nature humaine ; en effet, de temps à autre (je dis bien de temps à autre et non de façon permanente comme certaines personnes le pensent en supposant que s'il n'y a pas concurrence, l'être humain ne fait rien), une saine émulation permet de "stimuler" les efforts de l'être humain.
De toutes façons, la compétition ou la coopération suppose que tout le monde joue suivant les mêmes règles : une compétition n'a de sens que si elle exclut les "tricheurs" ; la coopération devient rapidement invivable si certains coopèrent de façon lointaine ou profitent du labeur d'autrui.

(page en construction)