Skip to content

Ecosystème – 18 février 2017

L’exposition Ecosystème (du 18 février 2017 au 12 mars 2017), dont l’instigateur était l’artiste photographe Mohamed Bourouissa, avait la particularité de se terminer au château d’Oiron après un périple chez des habitants de la commune d’Oiron qui avaient accepté d’installer des œuvres chez eux et de les faire partager aux visiteurs.

Fin décembre 2016, les habitants d’Oiron se sont réunis avec l’artiste pour choisir les œuvres à accueillir.

Lors du vernissage du 18 février 2017, Mohamed Bourouissa a pu présenter aux officiels et au public sa vision de l’exposition proposée :
« Nous avons sorti les œuvres du contexte d’une exposition somme toute classique, à l’intérieur d’un magnifique château, pour les répartir dans les lieux de vie des habitants oironnais qui se sont fait un plaisir d’installer notre travail chez eux et de le faire partager aux visiteurs. »

Le périple commençait par l’épicerie qui accueillait deux dessins sur papier de Mohamed Bourouissa ; l’hôtel-restaurant, quant à lui, présentait aux visiteur une photographie : Impression 3D du même auteur.

On se dirigeait ensuite vers le garage, où le public pouvait prendre connaissance du documentaire Horse day de Mohammed Bourouissa.

Un peu plus loin, une salle de la mairie hébergeait six photographies couleurs de Mohammed Bourouissa : Unknown … ainsi qu’une installation Hamburger.

Un particulier hébergeait une installation de Neil Beloufa : Scaffholding Sneakers. Chez le viticulteur, les visiteurs pouvaient admirer l’Oiseau (Rouge-gorge) (aquarelle sur papier de Mohamed Bourouissa) et prendre connaissance de la vidéo : Les Invisibles de Sabrina Belouar.

Un peu plus loin, une habitante permettait d’admirer deux photographies de Julien Magre (deux autres photographies de ce même auteur étaient visibles dans le magasin de la boulangerie). Une autre habitante hébergeait une vidéo (La nuit du doute de Fayçal Bahgriche).

Avant de revenir au château, il restait à admirer chez un autre habitant : Cristal, buisson et sculpture de Abdelkader Benchamma. Le périple villageois se terminait, un peu plus loin, par la vidéo d’Ismaïl Bahri : Foyer et un dessin de Mohamed Bourouissa.

Au château, dans la chambre du Roi, le public pouvait admirer l’installation de Lily Reynaud-Dewar : Vivre avec ça ?. Dans la salle d’armes, l’huile sur toile de Guillaume Bresson attirait les regards. Il restait à utiliser l’installation : Cafétéria.