Les Malédictions – 13 janvier 2018

Le samedi 13 janvier 2018 à 20 h 30, dans la salle polyalente d’Oiron, une centaine de personnes ont assisté à un spectacle proposé par le Théâtre de Thouars.

Deux femmes, une « sorcière » et une cliente, qui raconte son arrivée ici, dans cette campagne bocagère. Une nouvelle vie loin de la ville, une vie de néo-rurale. Les rencontres avec les voisins, les paysages, le temps retrouvé. L’apaisement. Puis les premiers malheurs, banals. Un accident de voiture. Une jambe cassée. La toiture qui prend l’eau et qu’il faut changer. Et puis l’inquiétude, le manque de sommeil, l’épuisement.
La sorcière écoute. Concentrée.

Puis elle demande : « Y’aurait pas quelqu’un par hasard qui vous voudrait du mal ? ».

La phrase est lancée. L’engrenage commence. Remonter le passé, identifier ceux qui ont jeté le sort, le combattre, « désorceler ». La cliente qui ne croyait pas à toutes ces fadaises de jeteurs de sort se retrouve prise dans le processus. Il faudra aller jusqu’au bout.

Ce spectacle mélange le récit, la musique et les marionnettes à taille humaine …

Les Malédictions parle d’un monde à la fois proche et lointain, souterrain, invisible et pourtant bien présent.

Nicolas Bonneau a travaillé à partir du collectage d’histoires et de témoignages, et du quotidien de ces personnes surgit le fantastique.
Sur scène, une comédienne-marionnettiste, Hélène Barreau, et une comédienne-musicienne, Fannytastic, portent cette fiction qui prend des allures d’enquête ethnologique. Démêler le vrai du faux devient un combat perdu d’avance.

 

A la fin de la représentation, les spectateurs ont pu déguster la traditionnelle brioche des rois et le verre de l’amitié offerts par l’association Les Amis d’Oiron.

Durée : 1 heure
Ecriture et mise en scène : Nicolas Bonneau
Interprétation : Hélène Barreau et Fannytastic
Conceptions objets et marionnettes : Hélène Barreau
Création musicale et sonore : Fannytastic

Pour plus de détails, on peut se connecter au site de la compagnie La Volige en cliquant ici.

Ci-dessous, quelques photos des marionnettes réalisées par Hélène Barreau.

Le texte ci-dessous a été publié dans le quotidien régional LA NOUVELLE REPUBLIQUE, le jeudi 25 janvier 2018.

“ Les Malédictions ” : la clé du succès

Ce samedi soir, rien d’anormal dans les rues et venelles de cette bourgade du pays thouarsais, classée petite cité de caractère. Pas même l’ombre d’un fantôme pouvant sortir du château de Mme de Montespan : pas une seule chouette clouée sur une porte cochère, à peine un chat noir miaulant sous un lampadaire blafard, mais plutôt un attroupement peu ordinaire dans la salle des fêtes où se joue ce soir-là, la pièce, ou peut-être le récit, le documentaire, le conte musical, on ne sait plus trop, proposé par la compagnie La Volige et mis en scène par Nicolas Bonneau.
En effet, avec ce titre maléfique, « Les Malédictions », en pleine campagne, un soir d’hiver, la troupe a réussi à attirer plus d’une centaine de spectateurs avides de découvrir… des choses. En partenariat avec l’association Les Amis d’Oiron présidée par Gilbert Lang et la mairie de Oiron, l’association culturelle S’il vous plaît (théâtre de Thouars) a fait le choix de déplacer la pièce de Nicolas Bonneau en zone rurale.
La scène est sobrement garnie de statuettes de pâte blanchâtre, et d’une grande table de ferme sur laquelle les deux comédiennes, Hélène Barreau et Fannytastic vont étaler durant plus d’une heure leurs interrogations, leurs doutes, leurs impressions mais jamais vraiment leurs jugements sur les jeteurs de sorts, les sorciers ou les magnétiseurs.
Hélène, la comédienne et marionnettiste, s’emploie tout au long de la pièce à manipuler, triturer des mannequins, des têtes figurant des personnages protagonistes de la sorcellerie des campagnes. Quant à Fannytastic, comédienne et musicienne, elle fait sortir de son violoncelle noir des notes inquiétantes, propices à tous les fantasmes d’envoûtements de toutes sortes, et manie avec grande dextérité l’art du doublage de voix en mimant les paroles extraites d’interviews de guérisseurs ou de leurs clients.
« Le travail préparatoire, en Mayenne et en Bretagne nous a plongés dans des situations complexes, inconfortables, parfois étranges nous faisant commettre des impairs et nous confrontant à un monde secret dont nous n’avions ni les clés, ni les codes, explique Nicolas Bonneau. Dans nos campagnes, tout le monde se connaît, ceux qui ont le don et les clients. Puis les langues se sont déliées et peu à peu le monde de la sorcellerie s’est ouvert et m’a permis de créer ce spectacle montrant que s’y intéresser c’est déjà accepter d’y entrer ». A Oiron, des portes secrètes se sont ouvertes avec des clés, et pour « Les Malédictions », la clé… du succès !

 Hélène Barreau, manipulant les statuettes, et Fannytastic comédienne et musicienne.  © Photo NR