décalageS – Préparatifs

Le 20 novembre 2018, mise sous enveloppe des cartons d’invitation.

 

 

 

Le 7 décembre 2018, les oeuvres commencent à arriver au château …

Le 11 décembre 2018, des commissaires citoyens sont venus prêter main forte à l’équipe de montage du château et du FRAC.

Pour plus de photos, cliquer ici.

Le 12 décembre 2018, des commissaires citoyennes étaient présentes pour continuer à aider au montage.

 

 

 

L’article ci-dessous est paru dans le quotidien régional Le Courrier de l’Ouest le mercredi 12 décembre 2018

Citoyens commissaires d’expo

La nouvelle exposition au château d’Oiron, décalageS, est à voir à partir de samedi. L’approche artistique est inédite car ce sont des citoyens qui l’ont conçue de A à Z.


Château d’Oiron, hier. Robert Civrais, Daniel Botton et Bernard Babin (de gauche à droite) posent quelques-uns des 4 000 pavés de l’oeuvre« Cristal de neige/Arrangement en étoile » de Nathalie Talec. Le décalage est certain entre l’aspect « lave volcanique » de l’oeuvre et son titre. Photo CO – Guillaume RAINEAU

Diffusé sur les réseaux sociaux et affiché sur les supports papier classiques, l’appel à participation lancé en octobre 2017 par le château d’Oiron avait de quoi interpeller. Il se résumait en une formule un brin absconse : un château + 1 collection FRAC = à vous de jouer !
Une quinzaine de personnes – pour la majorité membres de l’Association des amis d’Oiron – a décidé de franchir cet écueil liminaire et de participer à une réunion.

« On joue sur l’ambigüité du terme décalages »
« Des personnes sont venues spontanément. Avec le directeur du FRAC Poitou-Charentes (fonds régional d’art contemporain) et Carine Guimbard, administratrice du château, on est volontiers resté énigmatiques. Les questions ont fusé. On leur a précisé qu’ils avaient les cartes en mains et que c’était à eux de construire leur propre exposition en s’appuyant notamment sur les collections du FRAC … Le groupe s’est réuni toutes les six semaines. », explique Samuel Quenault, chargé des collections au château d’Oiron.
Samuel Quenault et Julie Pérez, médiatrice au FRAC, ont accompagné les participants, joliment renommés les commissaires-citoyens, dans leur appréhension du projet : choix des oeuvres en lien avec la thématique définie, réflexion sur la médiation artistique, écriture des textes du dossier de presse ou des cartels de présentation des oeuvres …
« Au début, ils étaient plutôt inquiets, ne se sentaient pas compétents ni légitimes. Après, ils se sont bien pris au jeu et ont fait preuve d’une grande implication dans le projet. Les rencontres étaient hyper-riches. On a eu de vrais débats sur l’appréciation des oeuvres », poursuit-il.
Le groupe, qui a eu l’opportunité de visiter les réserves du FRAC à Linazay, a dû prendre des décisions communes, quitte à avoir des discussions franches sur l’utilisation de tel ou tel vocable. C’est lui aussi qui a décidé de l’implantation future des oeuvres, dans six salles du château.
« Le mot « décalageS » n’est pas venu tout de suite. Au début, on partait plutôt sur quelque chose autour du mot « Vérité » puis sur celui de « Réalité ». Avec ces décalageS, on joue sur l’ambigüité du terme afin de laisser aux visiteurs le soin d’interpréter ce qu’ils voient. On a voulu explorer les marges qui sont du domaine de l’interprétation et de la réalité. Le fit peut être parfois ténu », détaillent deux commissaires-citoyens, Robert Civrais et Daniel Botton, ravis d’avoir mené à bien cette expérience artistique hors du commun.

Sculpture et plâtre peint, « Weronika AP » mesure 1,10 m et est à découvrir après un cheminement dans la galerie de peintures. L’artiste Anna Baumgart est partie d’une photo qui avait prise après l’attentat de Londres, en 2005.

A savoir
En janvier et février 2019
Les commissaires-citoyens proposent cinq rendez-vous « particuliers » dans le cadre de leur exposition. Le samedi 5 janvier, ce sera une visite privilégiée réservée aux adhérents de l’Association des Amis d’Oiron. Le vendredi 18 janvier, Carine Klonowski animera un atelier pédagogique à destination des scolaires de l’école de Pas-de-Jeu. L’artiste sera de retour samedi 19 janvier à 14 h 30 pour une conférence et une performance publique (inclus dans le droit d’entrée au château). Le dimanche 3 février, à 14 h 30, place à une visite privilégiée de l’exposition aux habitants d’Oiron et aux citoyens conviés par l’Association des amis d’Oiron. Enfin le samedi 9 février, l’historien de l’art établi à Mauzé-Thouarsais, Thierry Savatier donnera une conférence sur le thème : « Apparence(s), interprétation(s), réalité(s) dans l’art. »

9 oeuvres sont présentées dans le cadre de décalageS (elles sont le fruit du travail de sept artistes) : il s’agit de « Before sun sets » et « Projecteur » de Carine Klonowski, de « Earth » de Marianne Vitale, de « Portail UTOPARK » d’Eric Tabuchi, de « Weronika AP » d’Anna Baumgart, de « Trois femmes » et « Sept femmes » de Giulia Andreani, de « 29 arrests » de Fred Lonidier et enfin, de « Cristal de neige/Arrangement en étoile » de Nathalie Talec. L’exposition est à voir au château d’Oiron du 15 décembre au 10 mars, aux horaires habituels d’ouverture du monument.

L’article suivant a été publié dans le quotidien régional La Nouvelle République le samedi 15 décembre 2018

Art contemporain : un projet citoyen


Marie-Paule Lacroix, Véronique Airieau et Sylvette Ramauger participent aux installations des œuvres dans le château. © Photo NR

Le centre des Monuments nationaux, le Château d’Oiron et le fonds régional d’art contemporain Poitou-Charentes (Frac) présentent dès ce samedi 15 décembre et jusqu’au 10 mars une exposition un peu particulière composée de neuf œuvres. En effet, les instances culturelles ont confié dès novembre 2017, à un groupe de citoyens, l’organisation d’un projet artistique. Ainsi naît l’exposition « DécalageS », sortie après plus d’un an de réflexion, de réunions d’une dizaine de personnes vraiment motivées qui, à travers cette action, vont inviter les visiteurs à s’interroger et à explorer le rapport entre les apparences, les interprétations et la réalité via un choix d’œuvres spécifiquement sélectionnées dans les réserves du Frac à Linasay.

Une grande première Ce groupe citoyen est majoritairement composé des membres de l’association « Les Amis d’Oiron ». Chaque personne devient un co-commissaire de l’exposition. « C’est pour eux, une expérience unique, rare et c’est une première, souligne Samuel Quenault, responsable des collections au Château. Ce projet leur a été présenté sous la forme d’une équation : “ Château + collection = A vous de jouer ”, et réunion après réunion, une par mois, ils se sont pris au jeu. Julie Perez et moi-même les avons accompagnés dans leurs démarches mais nous nous sommes toujours tenus en retrait ».

Karine Guimbard, administratrice du Château, appuie : « C’est un simple accompagnement, une découverte des coulisses du monde de l’art contemporain pour certains avec la visite des réserves du Frac, sorte de sanctuaire dans lequel sommeillent plus de 900 œuvres. Notre groupe de citoyens curieux a donc pu faire une présélection d’une quarantaine d’œuvres. Puis ce chiffre a fondu au gré des contraintes qu’imposent les lieux ».

« Des contraintes principalement techniques, difficultés d’accrochage d’œuvres, ou de simples passages dans les portes anciennes », précise Samuel, habitué des installations d’art. Marie-Paule Lacroix, Véronique Airieau et Sylvette Ramauger se sont retrouvées au Château cette semaine afin de participer à leur tour aux mises en place. « Nous sommes 13 co-commissaires et chacun tisse sa toile pour l’exposition. Nous sommes aidés par Claire Durquey et Régis Fabre, tous deux régisseurs au sein du Frac ».

Après le vernissage ce samedi, une visite privilège aura lieu samedi 5 janvier, puis un atelier pédagogique avec l’artiste Carine Klonowski le 18 janvier, suivi d’une conférence le 19. Pour les habitants de Oiron, une visite est prévue dimanche 3 février et une conférence de Thierry Savatier, historien de l’art, samedi 9 février.