décalageS – Articles de presse

L’article ci-dessous a été publié dans le quotidien régional La Nouvelle République le mercredi 23 janvier 2019

L’exposition « décalageS » a trouvé sa place

Depuis le 15 décembre jusqu’au 10 mars, le château d’Oiron accueille une exposition diligentée par 13 amateurs d’arts de l’association des Amis d’Oiron.

Lorsqu’on visite le château d’Oiron, il faut toujours se montrer prêt à rencontrer l’inattendu, tant ses expositions, temporaires et permanentes, dénotent d’une réalité palpable. Et l’exposition « décalageS », installée depuis le 15 décembre jusqu’au 10 mars prochain, ne fait pas dans l’exception.
Sa particularité, quand même, c’est sa conception, puisque le commissaire de ce travail n’est autre qu’un groupe de treize citoyens de l’association des Amis d’Oiron, travaillant de concert depuis novembre 2017, à l’élaboration de ce projet. Ils ont puisé leur inspiration dans les collections du Fonds régional d’art contemporain de Poitou-Charentes (Farc), partenaire privilégié de longue date du château d’Oiron.
Ainsi, au gré des salles, neuf œuvres d’art, signées de sept artistes, occupent l’espace et invitent le visiteur à une réflexion, une interrogation « jouant sur la réalité que l’on connaît, précise le communiqué de presse. L’usage de dispositifs et de matériaux inattendus renforce l’idée de décalages entre la vision habituelle que l’on a de cette réalité et la représentation qu’en fait l’artiste. »

Utopark et Terre cubique

Le choix des salles n’est pas non plus le fruit d’un tirage au sort. La porte Utopark, de l’artiste Eric Tabuchi, a été positionnée dans le salon des immigrés. De même, la drôle de « Terre » pas du tout globulaire, nommée Earth dans la version originale de Marianne Vitale, a été positionnée dans la chambre du Roi, en référence à la représentation de quatre parties du monde. Une exposition bien décalée, qui s’insère bien au sein de la collection permanente.

Janlou Chaput-Morin

L’article ci-dessous a été publié dans le quotidien régional La Nouvelle République le dimanche 24 février 2019

« DécalageS »
l’exposition des citoyens

Le château d’Oiron héberge depuis la mi-décembre une exposition originale et surtout inédite et ce jusqu’au 10 mars 2019. Ne traînez pas !

Le bâtiment historique de Madame de Montespan, géré par les monuments nationaux, est entré dans un processus de logement perpétuel ou itinérant des oeuvres appartenant à l’art contemporain. La collection « Curios et Mirabilia » en est un parfait exemple, puisque ses oeuvres habitent, voire hantent les lieux.
« DécalageS », c’est encore autre chose, c’est l’aboutissement de l’organisation d’un projet artistique né d’une collaboration entre le centre des monuments nationau, le château d’Oiron et le Fonds régional d’art contemporatin Poitou-Charentes (Frac). Le projet mené par treize citoyens oironnais appartenant en grande majorité à l’association des Amis d’Oiron, devait résoudre une équation particulière : un château + une collection = à vous de jouer.
Le groupe amateur, mais pas forcément non-initié, s’est réuni tous les mois durant un an et demi afin de donner naissance à « DécalageS », une exposition hors du commun. Dernièrement, un visiteur, François, confie : « J’aime venir ici dans cette ambiance particulière qui favorise l’écoute visuelle et pourquoi pas spirituelle. Je ne savais pas ce que j’allais trouver dans « DécalageS », mais j’ai été subjugué par les portraits de femmes et deux oeuvres parlant d’éléments dramatiques. Cela laisse à l’esprit un temps de découvrir la signification que l’artiste veut faire transparaître. »
Les visiteurs interprètent eux-mêmes ce qu’ils ont devant eux. Sept artistes ont été sélectionnés pour cette exposition temporaire par les co-commissaires oironnais. Certains d’entre eux ont présenté deux oeuvres réparties dans le château, mais repérées par les cartels pensés et écrits par les Amis d’Oiron, textes pouvant répondre aux différentes interrogations sur notre monde au travers de l’art contemporain. Via ce choix d’oeuvres ouvrant largement le champ des interprétations, des questionnements et des ambigüités, l’exposition propose d’illustrer, d’explorer la thématique du rapport entre les apparences, les interprétations et la réalité.

en savoir plus

Qu’en disent les commissaires ?

« La confiance qui était accordée à l’association pour monter cette exposition la valorise au niveau du village, de la région », souligne Eveline.
Quant à Gilbert Lang, le président des Amis d’Oiron : « Ce fut un décollage, une expérience nouvelle malgré mon âge. »
Barbel Knohn, co-commissaire, parle d’une effervescence intense et jubilatoire partagée avec l’équipe du château et du Frac, une collaboration intergénérationnelle. Dès l’entrée dans le château par la majestueuse porte principale, le ton est donné, un colossal flocon de neige de Nathalie Talec, posé au sol, pesant presque 2 tonnes ; 4 000 hexagones travaillés dans de la pierre de lave volcanique. « DécalageS », c’est ça, le froid et … le chaud !