décalageS – Articles de presse

L’article ci-dessous a été publié dans le quotidien régional La Nouvelle République le mercredi 23 janvier 2019

L’exposition « décalageS » a trouvé sa place

Depuis le 15 décembre jusqu’au 10 mars, le château d’Oiron accueille une exposition diligentée par 13 amateurs d’arts de l’association des Amis d’Oiron.

Lorsqu’on visite le château d’Oiron, il faut toujours se montrer prêt à rencontrer l’inattendu, tant ses expositions, temporaires et permanentes, dénotent d’une réalité palpable. Et l’exposition « décalageS », installée depuis le 15 décembre jusqu’au 10 mars prochain, ne fait pas dans l’exception.
Sa particularité, quand même, c’est sa conception, puisque le commissaire de ce travail n’est autre qu’un groupe de treize citoyens de l’association des Amis d’Oiron, travaillant de concert depuis novembre 2017, à l’élaboration de ce projet. Ils ont puisé leur inspiration dans les collections du Fonds régional d’art contemporain de Poitou-Charentes (Farc), partenaire privilégié de longue date du château d’Oiron.
Ainsi, au gré des salles, neuf œuvres d’art, signées de sept artistes, occupent l’espace et invitent le visiteur à une réflexion, une interrogation « jouant sur la réalité que l’on connaît, précise le communiqué de presse. L’usage de dispositifs et de matériaux inattendus renforce l’idée de décalages entre la vision habituelle que l’on a de cette réalité et la représentation qu’en fait l’artiste. »

Utopark et Terre cubique

Le choix des salles n’est pas non plus le fruit d’un tirage au sort. La porte Utopark, de l’artiste Eric Tabuchi, a été positionnée dans le salon des immigrés. De même, la drôle de « Terre » pas du tout globulaire, nommée Earth dans la version originale de Marianne Vitale, a été positionnée dans la chambre du Roi, en référence à la représentation de quatre parties du monde. Une exposition bien décalée, qui s’insère bien au sein de la collection permanente.

Janlou Chaput-Morin