Conférence – madame de Montespan – 16 décembre 2018

Le 16 décembre 2018 à 15 heures, dans la chapelle de l’ancien hôpital d’Oiron (actuelle maison de retraite), une cinquantaine de personnes ont assisté à la conférence de Grégory Vouhé, historien de l’art, consacrée aux dernières années de madame de Montespan, dame d’Oiron.

Le conférencier a permis de mieux comprendre son installation à Oiron, suite aux déboires de l’hôpital qu’elle venait d’installer à Fontevraud.
Il s’est aussi intéressé à la vaisselle d’étain de l’hôpital, ainsi qu’aux livres de madame de Montespan.

Le tableau représentant madame de Montespan en Madeleine a repris sa place dans la chapelle.

L’article ci-dessous a été publié dans le quotidien régional La Nouvelle République le mercredi 12 décembre 2018.

Madame de Montespan à l’honneur

La conférence historique sur Madame de Montespan aura lieu dans la chapelle de l’hôpital qu’elle voulût pour Oiron. © Photo NR

L’association oironnaise Les Amis d’Oiron va faire revivre les dernières années de la vie de la plus célèbre dame du Oironnais en la personne de Madame de Montespan, à travers la conférence de l’historien de l’art Grégory Vouhé ce dimanche 16 décembre à 15 h.
En effet, le conférencier de l’art donnera moultes explications dans un lieu on ne peut plus approprié, la chapelle de l’ancien hôpital d’Oiron, l’actuelle maison de retraite L’orée des bois.
À défaut d’une documentation fournie et détaillée, les biographes de Madame de Montespan, qui fit l’acquisition du château en 1700, sont obligés de broder toujours sur les mêmes éléments. Mais la mise à plat du dossier historique permet de mieux comprendre l’installation de la favorite du Roi Soleil, Louis XIV, à Oiron, suite aux déboires de l’hôpital qu’elle venait d’installer à Fontevraud. D’où, possiblement le proverbe qu’elle fît peindre sur des carreaux de faïence : « On va bien loin depuis qu’on est las. »
Madame de Montespan a vécu toute une partie de sa vie à Versailles aux côtés du roi Louis XIV, qui lui a donné pas moins de sept enfants. Mais vers la fin de sa vie, elle s’intéressa à Oiron, et peut-être sentant la mort approcher, décida d’accomplir des actes de charité, notamment avec l’installation d’un hôpital, une charité pour les indigents, les pauvres de Oiron.
Le conférencier Grégory Vouhé s’intéressera aussi à la vaisselle d’étain de l’hôpital, mais aussi aux livres de Madame de Montespan et plus particulièrement à une lettre peu connue dans laquelle il est question d’un mystérieux projet pour Oiron. Gilbert Lang, le président des Amis d’Oiron précise que l’entrée est gratuite mais que compte tenu du lieu, les places sont limitées à une cinquantaine et qu’il est prudent de réserver.

L’article ci-dessous a été publié dans le quotidien régional Le Courrier de l’Ouest, fin décembre 2018

Les dernières années de Madame de Montespan, dame d’Oiron

Historien d’art, Grégory Vouhé a animé une conférence dans la chapelle de l’ancien hôpital, actuelle maison de retraite, sur les dernières années de Madame de Montespan. Le conférencier a permis de mieux comprendre son installation à Oiron, après les déboires de l’hôpital qu’elle venait d’installer à Fontevraud. « Les dernières années de la vie de Madame de Montespan ne sont pas si bien connues qu’on pourrait le croire. Comme les grandes dames de son temps, elle changeait souvent de résidence. »

Inhumée en 1707 à Poitiers

Grégory Vouhé poursuit : « Madame de Montespan passe la moitié de l’année à Fontevraud où elle fait bâtir, en 1687, l’hôpital de la charité. Les relations avec l’abbaye ne tardent pas à se gâter. Madame de Montespan donne tout au couvent mais l’hôpital est transféré en novembre 1703 à Oiron ». Madame de Montespan, dame d’Oiron, est morte en 1707, lors d’une cure à Bourbon-l’Archambault et inhumée dans la chapelle des Cordeliers de Poitiers.
Grégory Vouhé s’est intéressé à la vaisselle d’étain de l’hôpital ainsi qu’aux livres de Madame de Montespan. Il a aussi présenté la grille d’entrée dont le Centre des monuments nationaux lui a confié l’étude préalable à sa rénovation. « Cette grille appartient aux embellissements du château entrepris par madame de Montespan, inachevés après son décès », précise-t-il. Auteur du livre « Oiron au temps de Madame de Montespan et du duc d’Antin » qui accompagnait l’exposition du château d’Oiron dont il était commissaire en 2015. Grégory Vouhé nourrit le projet d’écrire « un petit livre pour diffuser les dernières découvertes sur la vie de Madame de Montespan qui renouvellent sur bien des points les biographies romancées déjà anciennes qui lui sont consacrées. »

L’article ci-dessous a été publié dans le quotidien régional La Nouvelle République le mardi 8 janvier 2019.

Madame de Montespan de retour à Oiron

Grégory Vouhé (assis), conférencier intarissable sur Madame de Montespan, et Gilbert Lang, président des Amis d’Oiron.
Le tableau a pris sa place dans la chapelle de l’ancien hôpital voulu par Madame de Montespan et achevé en 1703 à Oiron.

A l’invitation de l’association des Amis d’Oiron, présidée par Gilbert Lang, l’historien d’art Grégory Vouhé s’est laissé tenter par cette nouvelle expérience de conférence en lieu et place où Madame de Montespan a placé ses pas, à savoir la chapelle de l’hôpital qu’elle créa et qui est devenue aujourd’hui la maison de retraite « L’orée des bois ».
Un hôpital à Oiron après l’échec de Fontevraud
En effet, ce Poitevin féru d’art et d’histoire est chargé d’études pour les monuments nationaux. Le château d’Oiron est devenu pour lui une véritable passion et son terrain de jeu. Grégory a plus d’une corde à son arc avec la casquette de rédacteur de la revue d’histoire « Actualité Nouvelle-Aquitaine », mais le plus surprenant étant son ouvrage « Oiron, au temps de Madame de Montespan et du duc d’Antin », en vente au château et très apprécié du public. Le déclic est survenu en 2015, avec une superbe exposition au cœur du château sur les origines de l’édifice, ses plans, ses dessins d’époque et Madame de Montespan. « Aujourd’hui, je suis littéralement habité par l’histoire d’Oiron, sa bibliothèque, les appartements de vie de la marquise dans le château, mais aussi ses projets échoués et réussis, confie l’historien. Pourquoi cette ancienne favorite de Louis XIV, qui lui a donné sept enfants dont le duc d’Antin pour lequel elle achète Oiron, arrive-t-elle dans le secteur ? Parce que son projet d’installer un hôpital pour les pauvres et indigents à Fontevraud capote complètement, alors elle se raccroche à un nouveau projet d’hôpital à Oiron, qu’elle parvient à mener à bien en 1703 exactement, peu de temps avant sa mort en 1707 ».
« Comme pour la Montespan, l’idée de cette intervention est partie de Fontevraud, où j’ai tenu une conférence ayant pour fil conducteur “ Être femme au XVIIe siècle ”, explique Grégory Vouhé. Puis l’idée de poursuivre cette trame jusqu’à Oiron m’a plu, précisément sur les traces mêmes de cette célébrité locale, parce que tout est lié ».

Amoureux comme Louis XIV !
« J’essaie d’aller plus loin que les biographes et je trouve matière, notamment en ayant retrouvé de la vaisselle d’étain de l’hôpital d’Oiron, frappée des armes de Madame de Montespan. »
« Je crois que je ne cesserai jamais de m’intéresser au sujet car plus je cherche l’histoire, plus je trouve des choses, des écrits, des lettres, conclut le conférencier en souriant. Je pense que je suis vraiment tombé amoureux de cette dame… Comme Louis XIV en son temps ! »
.

repères
Une toile du XVIIe siècle
En 2010, l’historien Grégory Vouhé était chargé d’études au musée Sainte-Croix de Poitiers, et également membre de l’équipe de recherche sur l’histoire de l’architecture moderne au centre André-Chastel, à l’université Paris IV.
Au cours de sa conférence, il a présenté une toile de belles dimensions représentant Madame de Montespan en Madeleine. Le tableau est attribué à l’école française de la fin du XVIIe siècle et anciennement à Pierre Mignard, ami de Molière. La toile, restaurée en 2015, appartient aujourd’hui à la maison de retraite « L’orée des bois ».