Choses fortuites – 16 mars 2019

Après l’allocution de l’administratrice du château, le public a pu découvrir l’exposition et poser des questions à l’artiste.

Un bref (et incomplet) survol de l’exposition

Sur le site twitter du château

L’article ci-dessous a été publié dans le quotidien régional La Nouvelle République le samedi 16 mars 2019

Oiron : Massinissa Selmani et ses singuliers dessins

Massinissa Selmani expose dès aujourd’hui à Oiron, dans le cadre du mois du dessin. Son trait confronte avec subtilité le tragique et le comique.

Massinissa Selmani.

C’est important de laisser le spectateur s’approprier le vide, les choses que l’on peut trouver entre les lignes… Massinissa Selmani n’est pas le genre d’artiste qui vous abreuve de longs discours. Ses dessins, d’ailleurs, lui ressemblent et parlent pour lui. « Mon travail est fait d’absence, il y a beaucoup de blanc, une économie de moyens, confie-t-il d’une voix douce. J’aime créer des mises en scène qui ont peu de chances de se produire, créer un arrière-plan conflictuel masqué par un premier plan plus léger, installer une confrontation entre le tragique et le comique. »
Alors qu’il installe ses œuvres, son trait minimaliste interpelle. Certains dessins pourraient prétendre à une parution dans un journal satirique.

L’artiste met les choses en perspective en toute simplicité.

L’influence du dessin de presse

Logique. « Je dessine depuis toujours mais j’ai aussi beaucoup lu étant jeune, et notamment des dessins de presse, raconte Massinissa Selmani. J’ai également beaucoup travaillé sur la photo de presse, en réalisant toute une série d’installations sur ce thème. Cela m’influence sans doute aujourd’hui. » Après une tentative dans des études d’informatique, il a trouvé sa voie aux Beaux-Arts de Tours, où il réside aujourd’hui. A Oiron, il expose donc presque en voisin : « Je n’étais jamais venu mais je connais bien le château et certains des artistes passés ici. »
« C’était notre volonté de faire découvrir le travail singulier de Massinissa dans le cadre du mois du dessin (*), opération nationale déclinée dans différents centres d’art », explique Carine Guimbard, administratrice du château d’Oiron.
Après le vernissage de l’exposition, ce samedi à 14 h 30, une rencontre entre l’artiste et des écoliers est prévue la semaine prochaine.
Frédéric Michel

(*) www.drawingnowartfair.com/le-mois-du-dessin

« Choses fortuites », exposition de Massinissa Selmani, jusqu’au dimanche 5 mai au château d’Oiron

L’article ci-dessous a été publié sur le site du quotidien régional Le Courrier de l’Ouest le samedi 16 mars 2019

Au château, une belle leçon de Choses

Le château d’Oiron met à l’honneur le dessin contemporain en invitant l’artiste Massinissa Selmani, qui présente une vingtaine de créations dans son exposition « Choses fortuites ».

Ne pas se fier à l’impression liminaire laissée par les créations de Massinissa Selmani, ce sentiment qu’il n’y a pas grand-chose à en tirer. Ne pas être « aveuglé », en somme, par le blanc dominant de ces « Choses fortuites ». S’approcher donc et prendre le temps d’observer ces étranges tableaux. A y regarder de plus près, chacun y trouvera de quoi être interpellé, y puisera de quoi réfléchir et rira même devant les situations incongrues représentées.

Les œuvres ont été disposées dans une des salles des combles du château, selon un rythme de visite habilement construit. Elles ne sont pas « confrontées » à une expo permanente du monument.

Quelques photos glanées sur Internet