Balade chorégraphique – 28 juillet 2018

Dans le cadre de Parenthèses (d’Instants Exquis), un festival de curiosités, le monument a proposé pour le premier acte :
une Balade chorégraphique de La compagnie Les Ouvreurs de Possibles (sur une invitation de la Théorie des Jeux).

Quatre danseurs ont proposé de regarder, d’entendre et ressentir le château d’Oiron autrement.
Ils ont guidé le long d’une Balade chorégraphique parfois les yeux fermés, parfois à l’écoute d’un son, parfois le temps d’une danse à partager ou encore le temps d’une danse à regarder.

Dès le point de départ, dans le hall d’entrée, le public a été invité à jongler avec son regard (continu, discontinu, …)

Dans la salle à manger.

Une apparition …

Après une marche « à l’aveugle » …

Traversons la cour …

Dans le salon du soleil …

Salle des Belles-Lettres

Retour au point de départ …

Distribution : Delphine Bachacou, Marina Chojnowska, Jean-Philippe Costes Muscat, Mathias Dou, Sophie Torresi.
Textes : Fernando Pessoa, Roberto Juarroz et Marie Payen.
La compagnie remercie Marie Payen pour le partage de son texte.

Six représentations ont eu lieu : samedi 28 et dimanche 29 Juillet 2018 à 11h30, 14h30 et 16h30.
Cette balade chorégraphique a été créée dans et pour le château d’Oiron.

Pour plus de renseignements, vous pouvez vous reporter au site de la Compagnie : www.lesouvreursdepossibles.fr

 

 

 

L’article ci-dessous a été publié dans le quotidient régional LE COURRIER DE L’OUEST, le mardi 31 juillet 2018

OIRON
Balade insolite au musée, à l’orée des sens

Eprouver le château d’Oiron, bien loin d’une visite classique et historique des lieux, c’est le défi que s’était donné la troupe « Ouvreurs des possibles », composée de quatre chorégraphes – Delphine Bachacou, Marina Chojnowska, Jean-Philippe Costes Muscat et Mathias Dou – en proposant une oeuvre sensorielle aux spectateurs venus nombreux au musée le week-end dernier.
L’éveil des sens était certes au rendez-vous de cette balade sous le signe de l’épanouissement de soi et du regard de chacun dans le château. Les quatre artistes se sont en effet efforcés de traduire les oeuvres en danse et confidences à l’oreille, lors d’une déambulation d’une heure où frissons et émerveillements étaient bien présents.