500 ans d’histoire à Oiron – Nouvelle-Aquitaine – Ete 2018

L’article ci-dessous a été publié dans le Journal d’Information de la région Nouvelle-Aquitaine N° 3 (Eté 2018)

DEUX-SEVRES OIRON

Connaissez-vous le château d’Oiron ?
Ce monument du XVIème siècle a su réinventer sa vocation d’écrin de l’art contemporain.
Visite guidée.

500 ans d’histoire à Oiron

Encore un château ! Les enfants ou votre conjoint(e) soupirent déjà dans la voiture. D’accord, dominant la plaine d’Oiron à une heure au nord de Poitiers, ce château-là se mérite. Mais le visiteur est loin d’imaginer toutes les surprises que lui réserve le lieu, classé parmi les monuments nationaux. « Le château d’Oiron est centre d’art contemporain depuis … 500 ans », dit avec malice Samuel Quenault, chargé des collections et de la communication. Son premier propriétaire, Claude Gouffier, grand écuyer de plusieurs rois dont François Ier, n’a qu’une idée en tête en bâtissant Oiron : en mettre plein la vue, tout en exposant ses collections de grand mécène. Par un joli clin d’oeil historique, le château d’Oiron a retrouvé sa vocation. Le lieu accueille depuis 1993 une collection d’art contemporain unique en France et surtout accessible à tous les publics, depuis le visiteur en famille jusqu’au connaisseur venu exprès de l’étranger.

Le château d’Oiron se visite comme on a tous, un jour, rêvé de visiter un monument historique : pique-nique toléré dans le parc, pas de sens de visite imposé, des oeuvres à toucher (certaines sont cependant protégées), des fauteuils où s’asseoir (ce sont des oeuvres du plasticien John Armleder). Il faut pousser des portes et monter des escaliers dérobés. De la famille Gouffier, on admire l’exceptionnelle galerie de peintures du XVIème siècle. La collection baptisée Curios & Mirabilia a fait corps avec le reste du château. Elle donne à voir des références de l’art contemporain (Wim Delvoye, Daniel Spoerri et ses Corps en morceaux dans la salle d’armes, Bodys Isek Kingelez, dont certaines maquettes sont actuellement prêtées au Moma de New York, ou Sol LeWitt et sa remarquable Salle des figures géométriques). Les enfants adoreront les monstres empaillés de Thomas Grünfeld ou la chambre du Cocatrix, l’animal (vrai ou faux ?) raconté par Joan Fontcuberta. La visite guidée est recommandée pour saisir les subtilités et les messages cachés (souvent pleins d’humour) des oeuvres exposées.

 

Les 25 ans de la collection
Cet été, l’exposition temporaire célèbrera les 25 ans de la collection. Pour la programmation de cette année 2018, le château bénéficie du soutien de la Région à hauteur de 60 000 euros. Car, lieu vivant d’activités culturelles et d’animations, le château d’Oiron a vocation à ouvrir l’art aux élèves et au grand public. Avec ses assiettes réservées à 150 habitants du village (un repas est organisé chaque année le 30 juin), la Salle à manger de Raoul Marek est emblématique du lien fort qui existe entre les Oironnais et leur château. Autre initiative avant-gardiste : Norio, un robot piloté à distance qui permet aux personnes à mobilité réduite de visiter le premier étage.
L’esprit du château est là : dans ce dialogue constant entre patrimoine, art contemporain et territoire. Est-ce la collection qui a sauvé le château ou est-ce la volonté de restaurer le château qui a motivé les commandes passées aux artistes ? « Les deux, répond Samuel Quenault. En tout cas, le château d’Oiron est un modèle unique en son genre à cette échelle. »